Juliette Grange

Juliette Grange est agrégée de philosophie, Docteur d’État et Professeur à l’Université François Rabelais de Tours (philosophie moderne et contemporaine), et chercheur à l’ICD. Elle est spécialiste de la pensée française du xixe siècle et a consacré sa thèse à Auguste Comte (éditée sous le titre La Philosophie d’Auguste Comte, science, politique, religion, PUF 1996). Auteur d’éditions critiques en format de poche de textes de Comte (Petite biblio­thèque Payot, Tel Gallimard, G.F. Flammarion) et de Saint-Simon (Agora Pocket). S’intéresse à l’articulation entre sciences et politique, au mouvement de sécularisation et à l’apparition des sciences humaines. Elle a publié un essai général sur les rapports entre science et politique : Auguste Comte. La politique et la science, Odile Jacob, 2000, un autre sur l'idée républicaine : L'Idée de république, Agora Pocket, 2008, sur l’écologie politique Pour une philosophie de l’écologie Agora Pocket, 2012 et sur le néoconservatisme Les Néoconservateurs Agora Pocket 2017.


Henri Saint-Simon, Œuvres complètes, 4 volumes
PUF Quadrige, 2013
Discipline : Philosophie, Sociologie, Économie, Sciences politiques

Trop souvent perçue à travers des filtres, comme le texte de l’Exposition de la doctrine de Saint-Simon, refonte des années 1828-1830 proposée par ses disciples, ou enfermée dans des formules comme le fameux « socialisme utopique » de Engels, l’œuvre résiste aussi par le mode d’écriture de Saint-Simon qui multipliait brouillons et versions, pour améliorer, consulter et faire réagir les lecteurs, se concevant comme un philosophe-« publiciste », soucieux d’être en prise avec les événements et de peser sur eux. Tout sauf dogmatique, Saint-Simon fut pourtant emprisonné par sa postérité et victime de son éclectisme. Il a été considéré tantôt comme un « continuateur » (de Condorcet, des Lumières, etc.), tantôt comme un « précurseur » (de Comte, de Marx, etc.). Son œuvre s’est vue appropriée par tant de ses disciples, saint-simoniens de diverses tendances, elle a été l’enjeu de tant de combats, la victime de tant d’instrumentalisations pour figer et capter les « sources » du socialisme, de la sociologie ou du positivisme, du technocratisme, et naturellement du saint-simonisme, qu’on en possède une vision souvent partiale et inexacte. La publication de l'intégralité de ses textes, y compris de très nombreux inédits, redonne à l'ensemble de sa pensée la portée d'une véritable et prodigieuse ouverture vers les sciences humaines contemporaines, philosophie, économie, sociologie, sciences politiques.